Mes yaourts maisons

Sur le web, les articles parlant des yaourts maison pullulent. Je vais tout de même en faire un énième, en donnant ma version et ma recette à moi, parce que je n’ai jamais réussi à trouver toutes les infos utiles dans un seul et même article. J’ai toujours dû jongler entre les différents conseils collectés auprès de mes proches et du web : conseils tous plus contradictoires les uns que les autres. La recette qui va suivre n’est donc pas révolutionnaire, elle reprend pas mal de choses déjà lues et écrits, car aucune méthode n’est idéale : il faut juste trouver la façon de faire qui nous correspond !

La première question à se poser avant de se lancer c’est « pourquoi ? »
Oui pourquoi se lancer dans la confection de yaourt maison alors que les rayons de nos supermarchés sont pleins à craquer de yaourts et crèmes desserts de toutes sortes ? La réponse est simple : parce que le home-made est dix fois meilleur. Outre les économies qu’il nous fait faire, le prestige qu’il nous apporte lorsqu’on sert nos yaourts, il a surtout le goût de l’amour qu’on y met. Pas du tout fleur bleue comme réflexion hein, non sérieusement c’est vrai : essayez et vous verrez !

La deuxième question à se poser c’est pourquoi pas ?! Oui c’est vrai ça : pourquoi pas ?! Avec ou sans yaourtière c’est possible, des tas de recette sont disponibles, il n’y a qu’à chercher : avec une marmite, un tricot, etc.

La base des yaourts c’est le lait. Le lait et moi c’est une grande histoire. Depuis 5/6 ans je me suis mise au lait écrémé. D’abord, parce qu’il est moins riche (je tentais de faire un petit ‘régime’ à l’époque) et ensuite je me suis rendu compte qu’il était moins cher : double bénéfice ! Et puis l’autre jour il n’y avait plus de lait écrémé dans les rayons du magasin, je me suis donc rabattue sur le lait que j’ai toujours bu depuis ma tendre enfance : le lait demi-écrémé. Et là, la révélation : je ne supporte plus le goût du lait demi-écrémé. Vous savez ce petit goût de noisette ? Non, vous n’avez jamais remarqué ? Pas étonnant, moi non plus je ne l’avais pas remarqué avant ma cure de désintox. Bref tout ça pour vous dire que je suis une fille assez paradoxale dans son genre : je bois du lait écrémé, n’aime pas le lait demi-écrémé, mais adore le lait gorgé de crème et de matière grasse tout juste sorti du pis de la vache.

Eh oui je vais acheter mon lait à la ferme en face de chez moi. En plus de participer à l’économie locale, ça me permet de papoter un peu avec mes voisins et de choper quelques conseils de cuisine, jardinage, etc. Mais pendant des années j’ai utilisé du lait en brique sans souci. Cela dit, faire des yaourts maison avec du lait de ferme demande plus de préparation qu’avec du lait en brique, d’où mes difficultés à trouver une recette complète avec description précise.

Ingrédients pour 6 pots  :
(parfois 7 en fonction de l’écrémage de mon litre de lait)
  • 1 litre de lait de ferme
  • 1 yaourt nature
  • 1 parfum (fruits, caramel,  vanille, sucre, Carambar, fraise Tagada, etc.)
  • en option : 1 CàS de lait écrémé en poudre (histoire de solidifier un peu le tout si le résultat vous paraît trop liquide)
  1. Transvaser le lait dans un contenant à bord large (qui permet de laisser passer au moins une louche) et le laisser reposer dans le frigo toute une nuit. Le lendemain vous pourrez récolter la crème qui se sera déposé à la surface.
  2. Il faut ensuite faire bouillir le lait afin d’en enlever la peau. L’idéal est d’avoir un anti monte-lait afin d’éviter les débordements et d’avoir à surveiller minutieusement la cuisson à chaque instant. Bon moi je n’en ai pas et je fais très bien sans. Ensuite, plusieurs écoles : soit on enlève la peau au fur-et-à-mesure de sa formation, soit on laisse reposer et on récupère ensuite.

    Et avec la crème on peux faire de délicieux biscuits !
    Et avec la crème on peut faire de délicieux biscuits !
  3. On incorpore le yaourt lorsque le lait à refroidi. La température idéale est de 42°C, car c’est la température parfaite pour le développement des ferments. Attention certains puristes recommande de n’utiliser que des ustensiles en bois ou en silicone et non en inox comme nos fouets traditionnels : l’inox altérerait la qualité du lait.
    Vous pouvez, à ce moment, ajouter du lait en poudre si après un premier essai vous jugez la texture trop liquide.
  4. Là c’est le moment de vous décider pour vos parfums : à incorporer dans la préparation ou directement en couche dans le fonds du pot. Mes petits préférés du moment : une couche de caramel dans le fonds du pot recouvert ensuite de ma préparation.
  5. Mettre les pots dans la yaourtière (si yaourtière il y a) et lancer la cuisson. Personnellement je laisse ma yaourtière en marche durant 10 h 00 car c’est, selon moi, le temps qui m’apporte la texture idéale pour mes yaourts.
  6. Fermer les pots et les laisser quelques heures au frigo avant de pouvoir les consommer.

Et voilà ! Je vous l’avais dit : rien révolutionnaire dans ma façon de faire. A vous de trouver la vôtre, en accord avec vos goûts et vos talents dans une cuisine.

Mon préféré du moment : le yaourt au caramel
Mon préféré du moment : le yaourt au caramel
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s