Le mauvais remake de la Bibliothèque Rose

De bon matin je vais sur Facebook et tombe sur le post d’un contact qui pointe vers cet article de blog. Ayant toujours aimé les bouquins de la Bibliothèque Rose (sans parler des œuvres de la Bibliothèque Verte pour laquelle j’ai eu mon premier vrai coup de cœur étant plus jeune), je m’empresse de le lire. J’ai le sentiment désagréable d’être devenue une vieille conne conservatrice en vous en parlant mais il me fallait réagir, c’était viscérale. Grosse douche froide donc : voir des choses que je pensais immuables et transgénérationnelles m’échapper et devenir laid ; sentiment qu’on prend les gosses d’aujourd’hui pour des cons aussi ; peur de créer des générations littérairement pauvres, etc.

Mesdames et messieurs, la Bibliothèque Rose a retraduit Le Club des Cinq de votre jeunesse en Club des Cinq version #weshjeparlepasfrançaisc’estcompliqué. Et le pire c’est que ça ne date pas d’hier et que j’étais totalement passée à côté de cette information. Mon monde en était d’ailleurs beaucoup plus beau mais passons.

Pour ceux qui n’aurait pas lu l’article ou qui n’aurait pas le courage d’affronter le terrible Avant/Après dressé par l’auteur, voici quelques extraits bien significatifs de ce que j’ai lu :

  1. On oublie les jolies descriptions poétiques
    Avant : « Ils passèrent une heure à discuter, puis le soleil disparut dans un flamboiement d’incendie, et le lac refléta de merveilleux tons de pourpre et d’or. »  → Après  : « Ils passent encore une heure à discuter, puis le soleil disparaît derrière les sommets alpins, et le lac prend des reflets dorés. »
  2. On supprime les mots ou expressions jugés trop compliqué
    Avant  : « Ils tinrent un conseil de guerre. »  →  Après  : « Ils s’installèrent en cercle pour mettre au point leur stratégie…
    (C’est étonnant que le mot stratégie ait été sélectionné par le censeur d’ailleurs)
  3. Point de point de suspension employé à tout va
  4. Remplacement de terme et modernisation des objets
    « «Cela crée des incohérences : on remplace la charrette anglaise par un taxi, mais on dit toujours qu’ils ont tellement froid avec le vent glacé qu’ils doivent remonter le col.» Ce qui ne fait pas très taxi. » lit-on notamment dans un article de Libé

Ma première réaction a été vive : C’est un scandale !
Entre la censure, la perte des bons sentiments de ce petit groupe à cause de personnages dénaturés, l’utilisation du seul présent de l’indicatif (à la limite pourquoi pas hein) et la simplification à l’extrême des lexiques, le tome ne ressemble plus en rien à l’original, n’a même plus l’aspect d’une œuvre de littérature jeunesse ayant connu un succès international. Alors certes c’est très bien d’essayer de réactualiser une collection mais là c’est comme faire un mauvais remake de Titanic avec des acteurs sans saveur ni talent : on a qu’une envie c’est que le bateau coule le plus rapidement possible et qu’on n’en entende plus parler. Ah et je rajoute le coup des téléphones portables dont sont affublés les protagonistes mais qui ne sont pas utilisés aux moments opportuns afin de coller malgré tout au scénario originel. Je fais ma Nabilla mais Allo ?!! Si on change le spatio-temporel d’une œuvre, il faut réfléchir à tous les détails en passant de l’accessoire à la nature même des personnages.

Mais dans le fond c’était tout de même parti d’un bon sentiment de la part de l’éditeur non ? Il souhaitait des livres plus accessibles pour nos petits ‘digital natives‘ et autres geeks en puissance. Des livres qui font moins peur car tout le monde sait que le passé simple est armé de couteaux et machettes ! Et ne parlons même pas des champs lexicaux riches qui ont terrifiés des générations de lecteurs … Plus sérieusement, c’est surtout contre ce dernier point que je m’insurge vraiment. Cet appauvrissement du texte qui laisse à croire que les enfants d’aujourd’hui sont trop peu cultivés pour connaître les différentes nuances d’un couché de soleil, pire c’est dire qu’ils n’ont pas le droit ni les capacités intellectuelles pour en apprendre les possibles couleurs.
C’est une grosse bourde de la part de la maison d’édition dont l’idée de base n’était sans doute pas mauvaise mais qui a de toute évidence bâcler la chose. Plutôt que de travailler l’œuvre en profondeur, on l’allège, on glisse des sympa, super (pourquoi pas des lol pendant qu’on y est) et le tour est joué ? Non, lorsque l’on est éditeur on respecte l’auteur et l’œuvre originale : moderniser pourquoi pas, dénaturer c’est un crime !

Parlons un peu de cette polémique du politiquement correct. Je dis polémique car après avoir fait quelques recherches sur le web, j’ai lu beaucoup d’articles à ce sujet, celui de la journaliste Sophie Gourion notamment dont je rejoins quelques idées mais pas toutes. Oui la disparition de stéréotypes réducteurs peut être bénéfique pour certains lecteurs influençables. Mais le sont-ils tous à cet âge ? Et leur attention est-elle réellement focalisée sur ces sujets ?
Certes avec la réécriture les petites lectrices ne liront plus qu’Annie effectue seule les tâches ménagères pendant que les garçons courent après Dagobert dans le jardin… Mais dans tout ça que fait Claude ? Eh bien Claude est une jeune fille qui ne fait pas la cuisine mais qui court le danger, a un sacré caractère et l’âme d’un chef de guerre ! Claude ne répond pas à ce stéréotype sexiste alors pourquoi voir en Annie une future faible et effacée femme d’intérieure juste parce qu’il lui arrive de faire la popote en camping, plutôt qu’une enfant douce, sensible et prévenante comme il en existe tant ? Pourquoi toujours chercher le stéréotype partout et vouloir le démonter et l’effacer, quitte à dénaturer le caractère d’un personnage en le rendant fade et inintéressant ? Pourquoi ne pas accepter la singularité des personnages dont certains sont l’archétype de stéréotypes établies certes, mais reste représentatifs de personnalités que l’on peut rencontrer à tout moment dans la vie. Je ne suis pas féministe pour un sou (quoi que cela dépend des sujets, de mes envies et humeurs), mais je pense qu’en ce qui concerne le Club des Cinq, la théorie des genres n’a pas lieu d’intervenir dans le débat, ni dans la retraduction. Tout simplement parce que ces sujets n’intéressent que les adultes, un enfant se fout complètement de savoir si c’est un homme ou une femme qui fait allume le feu de camp.
Pourquoi avoir gommé certains traits de la personnalité des protagonistes principaux ? J’ai l’impression qu’on a essayé de policer tout le petit monde du Club des Cinq, où désormais tout le monde tend vers le blanc et où les adversaires sont trop peu noir pour être de véritables méchants.
Enid Blyton doit se retourner dans sa tombe en lisant que le pauvre Pancho n’a été giflé qu’une seule fois. Où est l’oncle brutal, colérique et intéressé ? N’est-ce pas perdre le vrai sens des motivations du club des Cinq envers Pancho que de taire les brutalités dont ce dernier est victime ? Pourquoi alors l’aider et le prendre sous leurs ailes ? Pourquoi suivre les aventures de ce groupe de justicier en culotte courte si il ne baigne plus dans un monde injuste et subissant les même affres que le monde réel ?

12534163_920051494738591_1696727365_n_002
Mes reliques de jeunesse

Petite, ce que j’aimais dans cette collection d’ouvrages c’était de voir des enfants qui me ressemblaient mener des enquêtes passionnées, chercher à acculer les méchants pour le bien-être des gentils, à mettre les voleurs en déroute et surtout à défendre les couleurs multiples de leur amitié.
Il y a encore tellement de chose à dire … N’hésitez pas à vous exprimer en commentaire si le cœur vous en dit. Pour conclure ce billet dans la bonne humeur, citons la chute d’un article d’ActuaLitté qui m’a fait mourir de rire : « Autre création de Blyton, Oui-Oui reviendra-t-il dans les nouvelles aventures de Wesh-Wesh qui va ZoomZoomZen dans sa BenzBenzBenz ? ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s